Interview Monolyth

Une musique à l’image de ce parcours, un journal de bord long de 10 ans, une collection d’humeurs toutes différentes, entre explosions colériques, introspections mélancoliques, hymnes fédérateurs ou simples démonstrations de confiance et de caractère. Un métal moderne, puissant, mélodique et accrocheur, oscillant entre thrash, death, hardcore, ou même neo-metal, teinté d’influences progressives, djent, gothiques. Dès ses débuts en 2006, le groupe marque les esprits, publiant coup sur coup 2 démos et délivrant des concerts toujours explosifs et euphoriques. Fin 2007, Monolyth propose « Catch The Sun », un premier album de 10 titres auto-produit, qui reçoit un accueil très positif de la part du public mais aussi des webzines spécialisés et des organisations locales. Début 2011, Monolyth réaffirme son potentiel et son envie de progresser au travers d’un EP 3 titres à nouveau auto-produit intitulé « The Forwarder ».

Melodic Thrash/Death Metal

Line-up:

Amaury Durand : chant
Julien Dijoux : guitare
Batt Cauchy : batterie
Tristan Mélique : guitare
Fanny « Fafa » Oliveira : basse

Bonjour Monolyth, pour commencer, est-ce que vous pouvez vous présenter ainsi que le style du groupe ?

On s’appelle Monolyth, avec une base du groupe dans l’oise et l’autre en Picardie, début en 2006, On est un groupe de Trash Death Mélodique avec des élements prog aussi varié que possible.

Tout d’abord vous avez réalisé un album « Catch The Sun » auto-produit, un 10 T, pourquoi l’avoir auto-produit pour commencer ?

 On s’est pas posé la question, formaté, compact, au niveau des influences on se rapproche d’un groupe comme In Flames, on a fait avec les moyens de l’époque, les compos faisant le groupe.

Ensuite vous avez fait un EP 3 T « The Forwarder » peu de temps après l’album, pourquoi donc ?

On avait l’intention de faire une démo du futur album, avec 3 titres plus récents que l’album pour démarcher des salles, le split du groupe à eu lieu juste après, je me suis retrouvé seul dans la maison, le second EP + remise officiel en marche en 2012

en 2015 vous participer au Headbang contest et vous atteignez la finale régionale qu’est-ce que vous retenez de cette aventure ?

ça nous à permis de sortir de la Picardie, faire des scènes parisiennes comme le Klub, le Zèbre de Belleville et le Petit bain, ça été un bon souvenir car Petit Bain complet, des retour sympas que ce soit avec les groupes ou le public. On était loin de penser que Fafa nous ayant rencontré au HBC serait notre nouvelle bassiste plus tard.

En 2016 vous attaquer la composition du 2ème album de Monolyth « A bitter End / A brave New World » est-ce que vous avez sorti un deuxième album pour montrer que vous revenez encore plus fort sur les platines et sur la route ?

5 Les compositions date de bien avant 2016 à l’époque de « catch the sun » on as remis ça au goût du jour, les compos et l’enregistrement s’est terminé mi-2016. Cela à été long car beaucoup d’idées, on voulait être sur que ça marche, on avait une vague idée de ce qu’on voulait faire et tant qu’on atteignait pas ce résultat on en était pas content.

Un mot ou une phrase pour qu’on s’intéresse à vous ?

6 On vas faire quelques dates pour pas se faire oublier avec l’album de sorti maintenant, venez nous voir sur scène, en Primptems 2018.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s