[Chronique] Ladilyke Lily Album « Dans la matière »

LADYLIKE LILY

CHRONIQUE DE L’ALBUM « DANS LA MATIERE »

DATE DE SORTIE: 26 Mai 2016

Bio de LADILYKE LILY :

Ladylike Lily a plusieurs cordes à son arc. Il faut se souvenir comment elle happait les spectateurs dans son petit monde folk quand elle présentait ses premières chansons dans les bars de Rennes à la fin des années 2010, tout juste arrivée de son Finistère natal. Elle cachait déjà ses yeux derrière ses cheveux, aux aguets de ce que pouvait ressentir le public devant son chant encore fragile qu’elle habillait juste des accords d’une guitare. Un premier EP (« On My Own ») se souvient de cette période.

De cette folk minimaliste est née, un peu plus tard, une pop plus fouillée parce que les mélodies prennent aussi plaisir à se soumettre au pouvoir d’arrangements qui leur donnent une autre vie. Ladylike Lily n’était plus seule en scène. Elle était la chanteuse d’un groupe qui portait son nom. Ce n’était pourtant qu’une étape, gravée sur un premier album (« Get your soul washed », 2012) qui a dépassé les 10 000 exemplaires vendus. Un succès pour une production indé, prolongé par un autre EP (2014).

Mais ce qui lui manquait, c’était de raconter autrement ses histoires, de découvrir le plaisir d’écrire enfin dans sa langue maternelle, de s’amuser avec ce nouvel « instrument » qu’est le français, « plus difficile peut-être à maîtriser, mais qui permet autant de musicalité si on le considère avec soin… » C’est à ce moment-là que Christophe Miossec lui propose, au printemps de l’année dernière, de jouer en première partie de ses concerts : « Il a été comme un parrain. Il m’a donné de l’assurance, m’a permis de présenter mes nouvelles chansons devant un public amateur de textes. J’ai pris conscience que quand tout ce que tu dis est compris, il ne se passe pas du tout la même chose. »

Son nouvel EP s’écoute comme on aborde une aventure. Arriver dans la fourmilière d’une grande ville (« Bain de minuit »), vivre dans un monde terriblement matériel sans occulter le côté spirituel (« Dans la matière »), plonger une dernière fois dans la noirceur avant de retrouver la lumière (« Tir à blanc »), chercher dans son intérieur, ses racines, le déclic pour repartir (« Les roches du diable »), amorcer son renouveau, sa reconstruction (« Mirages »). Six titres en tout pour une mutation. Six titres qui plongent dans l’intime pour monter haut, vers une pop qui pétille en mélodies aériennes, colorées de touches d’électro.

Six titres mais pas encore de deuxième album pour se laisser le temps d’apprivoiser sa nouvelle vie musicale. « J’ai eu un peu l’impression de repartir à zéro. En français, on ne chante pas pareil. J’ai osé aller explorer plus les aigus, le côté Kate Bush. »

Regardez bien la pochette. Elle illustre la mue de Ladylike Lily. Si ses cheveux cachent toujours ses yeux, une troisième main est née comme pour tenir sa nouvelle plume d’auteure, en français. Cette jeune femme a quelque chose à nous dire.

Chronique de l’album :

Nombre de titres : 6

Ladylike Lily après avoir réalisé un Album suivi d’un EP avec des chansons en anglais, réalise quelque chose de nouveau avec  »Dans la matière » elle à composé ses premières chansons en français et sa pop-électro des débuts s’affirme beaucoup plus sur des textes portés de sens, on est loin d’un titre folk comme  »Pearl et potatoes » qui malgré tout avait son charme mais ne touchait pas forcément son public, ce qui est corrigé avec ce nouvel album.

L’album commence par son titre  »Bain de Minuit » qui nous fait rentre tout doucement dans son univers plein de douceurs, son arrivée dans une grande ville, ses doutes, ses peurs se font ressentir dans le titre suivant  »Dans la Matière » cet album montre sa maturation d’artiste, dans  »L’aurore » elle chante son avenir de manière mélancolique accompagné d’une pop-électro malgré tout entraînante qui donne envie de danser tout l’été.

 »Tir à blanc » à coté de ça est une chanson parlant d’une histoire d’amour, on vous laisse la vidéo avec les paroles juste en dessous, c’est notre coup de cœur, chanson douce, quelques notes d’électro, une voix douce qui porte, presque enchanteresse malgré l’histoire triste de cette chanson.

Les chansons  »Mirage » et  »Les roches du diable » se rapproche de son titre  »I’m terrified of being » qui marquait le début de sa carrière de chanteuse, le tout dans une pop-électro beaucoup plus joyeuse, cet album de six chansons en français c’est le renouveau de Ladylike Lily.

Je ne peut que vous conseiller cet album de son cru ! Cette jeune artiste bretonne à récemment jouer sur la scène du festival Les Vieilles Charrues, rassurez-vous si vous l’avez raté vous pouvez vous rattraper sur ses concerts en première partie de Miossec aux dates ci-dessous:

21.10 : GUERET (23)

La Fabrique

22.10 : CHASSENEUIL DU POITOU (86)

La Quintaine

1ère partie de Miossec

04.11 : MASSY (91)

Salle Paul B

1ère partie de Miossec

11.11 : BEDARIEUX (34)

La Tuilerie

1ère partie de Miossec

18.11 : NILVANGES (57)

Le Gueulard +

1ère partie de Miossec

19.11 : VITRY LE FRANCOIS (51)

L’Orange Bleue

1ère partie de Miossec

09.12 : TONNEINS (47)

La Manoque

1ère partie de Miossec

10.12 : CASTRES (81)

Bolegason

1ère partie de Miossec

15.12 : BRUXELLES ()

L’Orangerie

1ère partie de Miossec

16.12 : LE HAVRE (76)

Le Tétris

1ère partie de Miossec

17.12 : AUBERGENVILLE (78)

Théatre La Nacelle

1ère partie de Miossec

Site officiel Ladylike Lily

Twitter Ladylike Lily

FB Ladylike Lily

Youtube Ladylike Lily

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s